Les Etats-Unis : l’Utah… de Zion au rendez-vous manqué de The Wave.

Zion National Parc, Utah, Km 11076 ,jour 71

Sur la route de Zion nous trouvons un bivouac sauvage au milieu des pins, et fabriquons un piège pour notre passager clandestin avec une grosse bouteille en plastique de trois litres. Nous essayons de nous endormir au son des coyotes mais quelques minutes suffiront pour attraper la souris. Nous l’observons, et décidons de la relâcher dans la nature le lendemain matin lorsque les enfants seront réveillés. Mais pendant qu’on discute, elle en profite pour bondir hors du piège, s’en suit une chasse à la souris dans le camping-car, elle finit par disparaître derrière les caisses de BD. Nous la recapturons quelques minutes plus tard et fermons le piège avec une balle de tennis. Elle semble se calmer et capituler mais soudainement elle bondit sur la balle… et se fait une nouvelle fois la male ! Nous reposons le piège, et, quelques instants plus tard, la revoici piégée dans la bouteille. Elle doit être vraiment affamée ! Nous refermons le piège avec une pierre, pour une libération en famille le lendemain matin. Mais vers six heures du matin, nous sommes réveillés par du bruit dans la poubelle… Une autre souris se restaure ! Nous mettons le sac dehors, et la deuxième souris s’enfuit sans demander son reste. Bilan : deux souris capturées dans la nuit.

Nous arrivons au parc national de Zion par l’entrée Est sous une chaleur harassante de 43˚c. Le paysage est grandiose et nous roulons entre d’immenses rochers striés avant de rejoindre la Virgin River au pied des falaises imposantes de plus de 700 mètres de haut. Nous nous installons dans l’après midi dans le campground face au visitor center et préparons les randonnées des jours suivants. Les véhicules ne sont pas autorisés à circuler dans le parc, il faut dons utiliser les navettes de bus pour se déplacer. Nous profitons de la fraicheur toute relative de la fin d’après midi pour faire une petite ballade au fond de la vallée en direction d’une petite cascade assoiffée. Emerald Pool Trail est un tour de quelques kilomètres qui nous mène vers deux petites piscines naturelles et deux cascades assez rafraichissantes malgré l’interdiction de se baigner. La nuit nous rattrape, et sur le chemin du retour nous croisons une dizaine de biches qui profitent de l’aurore pour paturer.

Le deuxième jour, une pluie fine s’est invitée au réveil, nous changeons nos plans et partons en fin de matinée pour une randonnée extraordinaire : The Narrows. Après vingt minutes de marche sur la Riverside Walk, nous nous trouvons face la Virgin River qui s’enfonce au fond d’un canyon rétrécis, il n’y a plus de sentier. C’est partit pour cinq heures de marche dans 40 à 60 cm d’eau avec des passages à plus d’un mètre de profondeur. Randonner dans un tel écrin de fraicheur est tout simplement magique. Nous marchons ainsi au pied du canyon dont le rétrécissement ne dépasse pas un mètre à certains endroits, jusqu’à l’ultime limite, un passage dans lequel nous n’avons plus pied. Au fur et à mesure des kilomètres, le nombre de personnes s’est égrainé et nous nous retrouvons seuls dans le lit tourmenté de la rivière. La canicule qui s’abat depuis quelques jours dans la région rend la température de l’eau vraiment agréable. Nous garderons longtemps le souvenir de cette randonnée atypique et tellement originale.

Le lendemain, la pluie est de nouveau au rendez-vous au réveil et nous décidons de partir à l’assaut de Angel Landing dès que le soleil s’imposera face aux nuages. Nous commençons l’ascension vers 11h, ça grimpe sérieux dès les premiers mètres. La grimpette durera pendant 4 kilomètres avec un seul replat à mi-chemin. Nous nous arrêtons à 400 mètres du sommet car cette dernière partie est trop peu sécurisée pour les enfants. Le coup d’œil sur la Virgin River est magnifique, et récompense généreusement nos efforts. Nous reprenons la route dans l’après midi pour Kanab.

 

Kanab, Utah, Km 11234, jour 74

 

Nous arrivons à Kanab en fin de journée. Le temps de faire les courses, nous essuyons un énorme orage, le camping-car prend une douche bien méritée. La ville n’a pas grand intérêt, et s’étire le long de la route 89. Nous ne passons cependant pas par ici sans raison, Kanab a la particularité de proposer une superbe randonnée dont les participants sont désignés par le hasard ! Il est 8 heures, nous nous sommes inscrits à la loterie de The Wave et sommes installés dans une salle du visitor center avec une cinquantaine de personnes. Un ranger prend la parole et d’une voie grave et solennelle nous annonce que les inscriptions sont terminées et qu’il va procéder au tirage au sort pour désigner les heureux gagnants. The Wave est une randonnée qui démarre après plusieurs kilomètres de piste, empruntable en camping-car mais conseillée en 4×4 lors de risques d’orages. Seuls 20 personnes sont autorisées chaque jour à arpenter le sentier au milieu de vagues de roches colorées. 10 sont tirées au sort après leur inscription sur internet 4 mois avant le jour J, et 10 autres sont désignés à la loterie la veille de la randonnée au visitor center. Le ranger fait tourner le boulier à la façon loto-bingo, il y a 43 fiches d’inscription, et chacune peut contenir jusqu’à 6 personnes… Pas besoin d’être fort en calcul mental pour comprendre qu’il va en falloir de la chance pour être tirés au sort ! Nous sommes 4 et avons le numéro 6.

Loterie de The Wave
  • Premier tirage, numéro 18 : 4 personnes.
  • Deuxième tirage, numéro 8 : 2 personnes. Il reste 4 places !
  • Troisième tirage, numéro 14 : 2 personnes. Il ne reste que 2 places !
  • Dernière chance… C’est le numéro 3 qui sort, et il y a 4 personnes inscrites pour 2 places. Ici on est aux USA, et la règle c’est la règle : le groupe doit choisir entre se séparer pour en laisser partir seulement deux ou remettre les deux places en jeu. Ils choisissent la première alternative, et la salle se vide laissant les heureux gagnants avec le ranger. Nous participerons aux loteries les quatre jours suivants… Sans succès !

Pendant ces quatre jours nous n’avons pas fait grand-chose, et heureusement Vincent, Isabelle, Salomé et Clovis des foodailleurs nous ont rejoints pour nous aider à ne rien faire… ensemble !!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Pour nous suivre, pensez à vous inscrire à notre newsletter! 😉

« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une »Confucius

Autres articles disponibles

Laisser un commentaire