Noé, Elisa et les tortues au Mexique

Pendant notre séjour au Mexique, nous avons participé à la libération des bébés tortues sur une plage de la côte pacifique. C’était une superbe expérience.

Des huit espèces de tortues marines qui existent de par le monde, sept vivent sur les côtes mexicaines du Pacifique, du golfe du Mexique et des Caraïbes. Nous avons observé la tortue olivâtre  dont le nom vient de la couleur olive de sa carapace.

Les tortues viennent généralement pondre la nuit sur les plages des côtes du Mexique et du reste de l’Amérique centrale. Une fois que la tortue à choisi l’endroit de ponte, elle creuse un trou qui peut atteindre 80 centimètres de profondeur et pond 50 à 100 œufs, les recouvre de sable avant de retourner à la mer. La profondeur de ponte définira le sexe de la tortue à naître, plus ils seront en profondeur, plus il y aura de mâles.

La période d’incubation est de 45 jours. Les bébés tortues vont alors percer la coquille de leurs œufs, puis remonter à la surface du sol pour entamer une périlleuse traversée de la plage jusqu’à la mer.

Seule une sur cent reviendra sur la plage qui les a vu naître car elles sont la proie de nombreux prédateurs.

Quels sont les prédateurs des tortues marines ?

  • Les prédateurs naturels des œufs et des bébés tortues tels que les mammifères (chiens, coatis…), les oiseaux, les lézards et crabes qui sont des omnivores assez voraces. Puis lorsque les bébés tortues entrent dans la mer, ils sont confrontés aux prédateurs marins tels que les gros poissons, les poulpes et les calamars. Il y a enfin les requins qui sont des prédateurs de tortues adultes.
  • L’homme : bien que strictement interdite, la consommation d’œufs de tortues fait encore beaucoup de dégâts.
  • Le tourisme et les éclairages des plages et complexes hôteliers perturbent les bébés tortues lorsqu’ils vont vers la mer. Lorsqu’ils émergent du sable, ils se dirigent vers des signaux lumineux, habituellement les vagues qui clignotent à la lueur de la lune ou des étoiles, mais ces lumières changent les trajectoires des bébés tortues qui ne se dirigent plus forcément vers la mer.
  • La pêche accidentelle au palangrier ou aux chaluts, notamment lors de la pêche au thon. Il est estimé que 40 000 tortues meurent chaque année de la pêche au palangrier.

… Autant dire que la vie d’une tortue marine n’est pas de tout repos !

Quelles sont les solutions pour aider les tortues marines ? 

Nous avons participé au sauvetage de bébés tortues : chaque nuit pendant la période de ponte, les membres de l’association parcourent la plage à la recherche de nids de ponte des tortues. Ces nids sont assez faciles à repérer car la tortue laisse des traces avec ses nageoires sur le sable. Il suffit de suivre ces traces qui vont vers le nid puis repartent vers la mer. Il faut alors creuser à l’emplacement de la ponte pour récupérer les œufs qui sont alors très fragiles.

De retour à l’association, dans un endroit protégé sur la plage, il faut enterrer les œufs sous 80 centimètres de sable pour leur permettre d’incuber.

45 jours plus tard, les premiers bébés tortues sortent du sable. Ils sont récupérés dans des bacs et gardés à l’abri du soleil et des prédateurs en attendant leur libération.

Le soir de l’éclosion ou le lendemain à l’aube, les membres de l’association accompagnés de volontaires libèrent les bébés tortues sur la plage et les aide à atteindre l’eau. C’est un moment très particulier de les regarder disparaître au rythme des vagues.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Message d’Elisa :

les tortues étaient trop mignonnes. On a du faire une ligne dans le sable pour ne pas qu’on leur marche dessus. A la fin, on a pris les tortues dans les mains pour les rapprocher de la mer car elles étaient fatiguées. Elles ont fait une course. J’ai bien aimé nager avec les tortues.

Message de Noé :

j’ai adoré rapprocher les tortues de l’eau car on les prenait dans les mains, elles sont vraiment très petites. On a trouvé trois œufs de tortues. J’ai suivi les grosses tortues dans l’eau avec mon masque et mon tuba.

 

 

Pour nous suivre, pensez à vous inscrire à notre newsletter et retrouvez nous sur notre page Facebook  😉

«Rester, c’est exister. Voyager, c’est vivre»Gustave Nadaud

Autres articles disponibles

Laisser un commentaire