Shipping vers le Canada, mode d’emploi.

Première étape, choisir la compagnie qui va envoyer le camping-car par cargo.

Dans notre cas, après quelques mois de démarches , de recherches et de demande de devis, notre choix s’est porté sur Seabridge, affréteur allemand basé à Düsseldorf et spécialisé dans ce type de transport. Cette entreprise est capable de transporter les véhicules vers le continent Américain, et de proposer des circuit pour les camping-caristes qui souhaitent être guidés au cours de leur voyage. Le coût global de l’envoi du camping-car dépend de son volume, de la destination et de la manière dont il est envoyé (Roll on- roll of, container ou Flat Rack ). Pour un envoi de Anvers vers Halifax (Canada) en Ro-ro il faut compter 47€ du mètre cube et ajouter environ 30% de taxes diverses.

Trois à quatre mois avant la date d’expédition, vous remplissez votre formulaire de réservation auprès de Seabridge. Tout se fait par mail.

 

Deuxième étape, livrer le camping-car à Anvers.

Quelques mois avant l’expédition, Seabridge envoie un dossier très complet en français qui explique précisément tout ce que vous devez savoir sur votre pays de destinations, et vous guide pas à pas pour livrer le camping-car à Anvers et le récupérer à Halifax. Ils vous proposent même par exemple de vous envoyer un adaptateur gaz US/Europe à 30€, un convertisseur 110/220v (hors de prix) que vous trouverez aisément à une centaine d’euros chez Amazon. Dans notre cas notre autonomie nous permet de nous en passer.

Un à deux mois avant la date de départ, le transitaire du port de départ vous confirme la date à laquelle votre camping-car doit être livré au port d’Anvers. Vous n’avez plus qu’à suivre les instructions!

Livrer le Camping-car tel jour à tel quai auprès de telle société à Anvers. Vous aurez même un plan détaillé d’Anvers, et un autre du port… Vous ne pouvez pas vous tromper!

Le camping-car doit être livré « comme vide », c’est à dire qu’il doit donner l’impression d’être vide depuis l’extérieur. Il faut donc bien fermer tous les stores et il est fortement conseillé d’installer une paroi amovible entre la cellule et le porteur (voir l’article sur les aménagements du camping-car). Libre à vous de stocker ensuite vélos, caisses de vin, fromage… dans la cellule. Le poste de conduite doit être complètement vide.

Pensez bien à nettoyer les bavettes du camping-car et les pneus car l’inspection des services de douanes du Canada est méticuleuse. Ils contrôlent s’il y a de la terre, et vous facturent un nettoyage à 60 $can si c’est le cas.

Arrivé au port d’Anvers vous remplirez quelques paperasses, rien de bien méchant, et le moment viendra ou il faudra garer le camping-car sur le parking de stockage, faire les dernières vérifications d’usage, puis lui faire un dernier bisou avant de le laisser aux mains du transitaire. Vous verrez qu’il ne se sentira pas bien seul, il y a des centaines de voitures en attente.

Troisième étape, récupérer le camping-car.

Pendant la traversée, vous recevrez le détail pour suivre le cargo qui transporte votre camping-car et la facture de Seabridge par mail. Il est fortement recommandé de régler cette facture car c’est la condition pour recevoir le document à présenter au transitaire d’Halifax. Pas de document, pas de camping-car!

Pour récupérer le camping-car à Halifax, vous devez passer chez le transitaire pour vous délester de 150 $can et récupérer vos papiers à présenter aux services des douanes. J’ai tenté l’expérience d’aller chez le transitaire en bus, cela m’a pris deux heures… allez y en taxi. Vous devez récupérer votre camping car avant midi au port, si non il faudra attendre le lendemain, ou plus si c’est vendredi! Gardez votre taxi en attente pendant que vous êtes chez le transitaire, puis il vous emmènera aux services des douanes pour finaliser les autorisations, puis rendez vous en taxi au port qui se trouve à deux ou trois kilomètres de là. Il n’y a plus qu’à vérifier si votre camping-car est en bonne santé, et prendre la route!

Nous avons récupéré notre camping-car 3 jours après la date proposée par l’affréteur, on nous avait annoncé quelques frais de gardiennages, mais on ne nous a rien demandé.

 

Les assurances.

L’assurance maritime : une option?

Vous aurez à choisir d’assurer votre camping-car pendant la traversée. Nous avons beaucoup hésité, et même regretté de l’avoir assuré (coût de l’assurance: 0,9% de sa valeur et une franchise de 500€ en cas de sinistre). Jusqu’au jour de cette rencontre avec un couple de Hollandais installés à côté de nous aux dunes de Tadoussac: ils nous ont montré les dégâts subis suite à la chute d’un container sur leur capucine… En fin de compte nous pensons que s’affranchir de l’assurance maritime serait une mauvaise économie!!

L’assurance routière: le casse tête!

Depuis quelques années il est quasiment impossible d’assurer son véhicule immatriculé hors de pays au Canada et aux Etats unis. Nous avons démarché de nombreuses compagnies et agents d’assurance au Canada et aux Etats Unis. Au canada, nous n’avons eu que des réponses négatives. Pour les Etats Unis, la quasi totalité nous ont gentiment répondu par la négative. Certaines ont accepté de nous faire une cotation en fournissant une adresse d’hôtel dans l’état ou elles se trouvent, c’est une solution qui fonctionne pour la souscription, mais on peut se demander si l’assurance sera toujours aussi complaisante en cas de sinistre. Nous avons choisi d’être assuré par Seabridge qui passe par ThumInsurance. Nous les avions démarché avant, ils proposent les mêmes tarifs en direct. Ils nous assurent pour le Canada, les USA et le Mexique. Attention, ils n’assurent pas de véhicule de plus de 19 ans, dans ce cas il vous reste la première solution.

 

Le contact chez Seabridge:

Sandra Grabo

tel: +49 (0)211-210 80 83

Mail: seabridge@t-online.de

www.seabridge-tours.de

 

Pour nous suivre, pensez à vous inscrire à notre newsletter! 😉

 

«Rester, c’est exister. Voyager, c’est vivre»Gustave Nadaud

 

 

 

Autres articles disponibles

Laisser un commentaire